Chroniques

Le premier jour du reste de notre vie

Et voila déjà un mois que nous avons célébré notre mariage. Ce fut une journée idéale entourée de toutes les personnes que nous aimons. Une journée bercée par le soleil, le bon vin, un bon repas et de la bonne musique. Un journée que nous n’aurions pas pu rêver plus parfaite. Une journée dont le seul souvenir nous donne le sourire.

Dès l’annonce de notre mariage, il y avait plein de questions en suspend, «où? quand? »… Si on est vite tombé d’accord sur septembre, nous n’avions aucune idée pour le lieu. A Samois-sur-Seine, à Madrid, en Estrémadure d’où vient la mère de Juan et où il a passé toutes ses vacances, à Pornichet où j’ai passé tous mes étés… plein d’endroits de rêve, mais ne répondant pas à notre principal critère, un endroit où l’ensemble de nos proches, des deux côtés des Pyrénées, puissent venir le plus facilement possible.

Quand Juan a proposé qu’on se marie à Hondarribia, face à Hendaye, entre montagne et océan, entre nos deux patries, c’était une évidence. 

Notre mariage, notre couple, c’est la rencontre de deux pays, mais surtout l’idée que notre amour n’a pas de frontière. Nous avons donc choisi ce si bel endroit où la rivière Bidassoa ne marque pas la limite entre l’Espagne et la France, mais fait le pont entre nos rivages.

Ce n’est pas le plus beau jour de notre vie, mais une des plus belles journées et nous comptons bien avoir encore une multitude de si belles journées. Je n’avais pas le rêve d’être une princesse apathique mais plutôt celui d’être une femme accomplie sur le plan professionnel. Cette journée n’était donc pas pour moi un aboutissement personnel mais une cerise sur le gâteau. La cerise d’avoir trouvé un compagnon qui me soutient, m’encourage, me fait rire, me rend simplement heureuse. Cette journée était juste ce qu’elle est, une fête, une très belle fête où nous avons partagé notre bonheur d’être ensemble.

Et si un langage est universel à nos yeux, c’est celui de partager un bon repas. Il était essentiel pour nous que le lieu soit beau, mais surtout que la nourriture soit bonne. Le Pays-Basque n’a pas failli à sa réputation, nous nous sommes régalés du cocktail jusqu’au dessert.

Nous avons eu à coeur de respecter chacune de nos deux cultures,  nos traditions, de faire en sorte que tous comprennent au mieux, que chacun se sent inclus. Ce n’était pas toujours évident de faire attention à chaque détail, comme le menu traduit dans nos deux langues. Mais au final nous avons tous passé un beau moment, où peu importe notre langue, nos origines, nos opinions.

Nous ne nous voyons pas comme un couple mixte, mais juste un couple et nous espérons fortement que nos futurs enfants grandiront dans une Europe, un Monde où quels que soient leurs choix ils pourront être des couples sans étiquette.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :